Ne soyons pas victimes de nous même. Passons à l’action…partout.

alain-bousquet

Alain BOUSQUET

Pour imposer le changement…C’est possible.

Sinon la réflexion de Louis de Funès dans le film la Folie des grandeurs sera devenue d’actualité et notre retour au moyen age aussi:  « Les riches c’est fait pour être très riches ; et les pauvres, pour être très pauvres »

En ce début d’année, les mauvaises nouvelles s’accumulent. Elles passent plus ou moins inaperçues car vous ne verrez pas les grands médias s’étendre longuement sur ces informations importantes puisqu’elles concernent les protégées de l’oligarchie régnante, je veux parler des banques. Vous les verrez encore moins faire des campagnes d’information ou donner la parole à ceux qui n’acceptent pas de se laisser plumé par un système qui se met en place pour vous prendre, sans contrepartie de services, le maximum d’argent sur les avoirs déposés sur vos comptes.

Au contraire, on veut vous persuader que les frais bancaires sont naturels (tout commerçant tarifie ses services) et que l’état veille à assurer la concurrence pour réguler les prix en facilitant le changement de réseau bancaire. C’est en fait le comble de la manipulation étatique des masses.

Evidement  que changer de réseau bancaire ne sert à rien que ce soit facile ou pas puisqu’ils pratiquent tous la même politique. En changeant (je ne dis pas qu’il ne faut jamais changer) vous quitterez le pire pour le moins pire qui deviendra, peut être, aussi pire que le précédent. C’est donc un enfumage du ministère des finances et de Macron pour vous convaincre que l’état s’occupe de vous protéger des prédateurs.

http://www.cbanque.com/actu/55089/loi-macron-les-banques-devoilent-leur-solution-aide-au-changement-de-banque

Article L312-1-7

Les frais bancaires sont une invention datant des années 80 seulement. Ils sont totalement abusifs. Pour savoir pourquoi les frais bancaires ne sont pas légitimes et pourquoi ils se développent, cliquez ICI.

À partir de 2016 des frais de tenue de compte vont se généraliser. La BNP va prélever 30 € par an, la Société Générale 24 € par an, LCL va suivre. La banque postale prélève 6,20 euros par an, la Barclays 40 € par an. Le CIC 24 € par an. Le crédit mutuel, les Banques populaires (certaines agences régionales)se le sont déjà permis.

La nouveauté, c’est qu’ en fait ils vont être prélevés sur les comptes des particuliers sans distinction. Que vous soyez au RSA ou que vous gagniez 10 000 € par mois.
Ces prélèvements sont-ils justifiés ? Non.Pourquoi ne sont-ils pas justifiés ?

Tout simplement, parce que, quand vous déposez de l’argent sur votre compte en banque, la banque utilise cet argent à son propre profit. Et si vous êtes à découvert, elle vous facture des intérêts à un taux 10 fois supérieur au prix moyen du marché. Cela signifie qu’elle est déjà rémunérée pour le service rendu.
D’autre part, étant bénéficiaire de vos dépôts en argent car l’argent vous appartient, elles l’ utilisent pour leur profit.

La preuve en est que les frais sont fantaisistes, c’est ceux annoncés par LCL, par exemple, à l’instar d’autres réseaux bancaires, sur les comptes dormants c’est-à-dire sur des comptes qui sont inactifs. Si le compte ne bouge pas, il ne coûte rien. Il n’est pas à surveiller, il n’envoie pas de relevé de compte. Quel travail rémunère t’il ? Aucun.

Les frais bancaires servent à compenser leur mauvaise gestion, leurs amendes (9 milliards pour la BNP aux USA), les cadeaux consentis aux gros clients, la baisse des taux d’intérêts qui permettent de capter les naïfs qui croient avoir obtenu un taux préférentiel pour leur crédit qui les rendra prisonnier du système lequel pourra s’en donner à coeur joie à la première difficulté.

En fait, ce n’est pas fini, il est mis en place:

– outre les frais de tenue de compte , les taux d’intérêt négatif (déjà en vigueur dans certains pays de l’EU)

– l’autorisation de prélevé directement sur vos comptes pour renflouer les banques en difficulté.

–la limitation et bientôt l’interdiction totale de l’usage des espèces

Et quand tout cela sera réalisé ils pourront se renflouer directement sur vos avoirs (bail in). De même que les états. En France, » dans les années 60, l’Etat a poussé tous les Français à posséder un compte bancaire ».

Publicités

Une réflexion sur “Ne soyons pas victimes de nous même. Passons à l’action…partout.

  1. Pingback: Ne soyons pas victimes de nous même. Passons à l’action…partout. « FNACAB

Les commentaires sont fermés.