Je reviens du Japon…un exemple à suivre comme l’Islande suite à la crise…

Quand on revient de ce pays, les « comment c’est, » fusent de toutes parts. alors je vous ai préparé un aperçu de ce séjour et quelques réflexions toutes personnelles. J’allais là bas en ayant déjà quelques idées sur ce pays. Allaient-elles être confirmées? ou profondément modifiées?

carte_japon_fr

Une île située face aux 2 Corée et sans véritable armée

Je savais l’attachement légendaire aux traditions et à la nature. De même que l’ingéniosité de ce peuple et son penchant pour le pragmatisme. Je ne doutais pas qu’il fut aussi ouvert à la modernité.

Mais, selon moi, la réalité dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Le touriste est frappé, bien sûr, par la propreté dans les villes et les campagnes. Cela ne fut pas une surprise. frappé par le calme, la sérénité, les sourires des japonais, l’accueil chaleureux qui fait penser que vous êtes désiré, par l’honnêteté qui se dégage des interlocuteurs. Pas de précipitations, pas de mouvements d’impatience, pas de circulation chaotique, pas de concert de klaxons intempestive. Je pense n’avoir entendu qu’une fois un bref coup de klaxon. Pratiquement pas d’embouteillage. Pas d’abrutis en moto qui débouchent de tous côtés de surcroît en vous invectivant.

Les jeunes sont calmes et ont l’air heureux de même que les « vieux ». Souvent vous pouvez goûter gratuitement leurs produits et parfois plus encore. Dans une boutique d’une rue piétonne qui vendait des barquettes de poisson crue à emporter ou à faire griller sur place pour une consommation immédiate, certains d’entre nous ont consommé du poissons grillés bien au delà de la quantité nécessaire pour faire connaissance avec ce plat. Le règlement par ceux qui ont voulu payer, par correction, a été refusé parce que c’était offert à la clientèle potentielle.

Tout au long du voyage, il en fut ainsi. Alors comment c’est le Japon, c’est tout à  la fois un mariage de la tradition, de la bonne éducation, du respect de l’autre, de l’ordre et du travail bien fait, de la solidarité entre les générations, du patriotisme , de la volonté de préservé son mode de vie, mariage avec la modernité et la technologie la plus grande.

Tout cela est résumé par les images qui suivent. On ne peut mettre de côté la tradition qui est partout respectée et la modernité présente aussi partout. Il y a une grande

Conclusion, toujours toute personnelle, ce pays est vraiment en état de marche et vaincra ses difficultés économiques actuelles que je n’ignore pas mais qui viennent en grande partie de celles vécues par les pays avec lesquels il commerce.

Leur chance vient du maintien des traditions et de leur culture qui n’empêche en rien la modernisation. Le refus de l’immigration massive et d’une société multiculturelle démontre que cela n’a rien à voir avec un repli sur soi et une société qui perd de sa force bien au contraire car tout le monde marche dans le même sens. Il y aurait bien d’autres choses à dire. L’éducation traditionnelle apprend les valeurs de base: travail bien fait, respect de l’autre, amour de ses traditions, vertu de l’ordre, sens de la famille, responsabilité. Sens de la spiritualité qui se traduit par une visite des temples lors des sorties scolaires ainsi qu’on l’a constaté, Enseignement de la suprématie du spirituel sur le matériel au contraire de la France qui met tout en oeuvre pour éliminer le spirituel laissant subsister le seul désir matériel qui n’a jamais satisfait l’homme en raison d’une règle simple: un désir matériel satisfait est aussitôt remplacé par un autre à satisfaire qui ne comblera pas, lui non plus le vide.

Ryutaro Komiya, professeur d’économie à l’université de Tokyo, ne dit pas autre chose.

« Le Japon est le premier pays qui ne soit pas de culture occidentale à réussir son industrialisation. C’est pourquoi il suscite en tant que tel l’intérêt de ceux qui se soucient du développement des pays économiquement arriérés. A cet égard on commet souvent deux erreurs communes. D’abord il ne faudrait pas croire que dans son processus d’industrialisation le Japon ne fait que s’occidentaliser ou s’américaniser de plus en plus. Certes il y a certains signes superficiels d’occidentalisation, mais la conception des relations humaines, le mode de penser et l’attitude culturelle sont encore fort différents au Japon de ceux des pays européens. Les Japonais sont encore très japonais, et en général ils le resteront. Leurs habitudes de comportement et leurs attitudes ne changeront que lentement. En second lieu on pense souvent en termes de division du monde en pays occidentaux (européens) et non occidentaux. Mais cela ne doit pas signifier implicitement que les pays non occidentaux sont tous plus ou moins semblables. »

Que ceux, qui veulent critiquer cette analyse, réfléchissent car malgré les difficultés économiques le Japon, c’est:

    1. Un chômage qui ne dépasse pas 3,1 % En savoir plus ICI. 
    2. Une dette qui a atteint 250 % du PIB et ne cesse d’augmenter, mais elle est détenue à presque 100 % par les japonais (patriotisme économique). En savoir plus ICI. L’endettement à 250 %, souci mineur du Japon. La dette  de 250 % du PIB (98 % en France) est détenue pour l’essentiel par les Japonais, les protégeant d’une attaque des marchés.
    3. Le Japon n’est pas si fermé qui a accueilli 24 millions de touristes en 2016 alors que le gouvernement comptait y parvenir seulement en 2020 à l’occasion de jeux olympiques. En savoir plus.
Nul doute qu’ils sauront résoudre le problème de natalité en baisse. Hélas, dans ce genre de voyage, le touriste connait peu l’envers du décors. La société japonaise serait particulièrement a-sexuée. Tout le contraire de la France qui, elle, en fait une obsession à des degrés divers. Cela vient sûrement du fait d’un acharnement au travail qui est devenu une quasi religion sous l’impulsion d’un patronat très dur et d’un enseignement bâtit en fonction. On ne peut pas passer souvent, parait-il, jusqu’à 20 h au travail et être en forme pour batifoler. Attention français que cela ne vous arrive pas avec les théories de l’ultra libéralisme.
Pour certains spécialistes, une des grandes raisons réside dans le choc des cultures vécu au Japon durant l’occupation américaine, remettant en cause le modèle traditionnel de vie, tout en introduisant la culture occidentale. La forte dissociation sociale des genres – une culture des hommes et des femmes bien distincte, n’est pas non plus sans conséquence.

« En général, les hommes et femmes japonais préfèrent ne pas se mélanger. Durant l’heure du déjeuner, dans Tokyo, vous verrez les hommes en file d’attente devant des échoppes de ramens ou de bientô, tandis que les femmes sont en groupes dans des restaurants. Les collègues peuvent se sourire et s’interpeller dans la rue, mais vous ne verrez que rarement des groupes mixtes, apprécier un repas ensemble. Mon grand père avait l’habitude de dire que les hommes et les femmes ne devraient pas partager un repas ensemble plus d’une fois par semaine, parce que cela n’amène que des chamailleries et du stress  »
Kaori Shoji, La vérité à propos de l’amour japonais: nous ne nous entendons tout simplement pas

 
A tous ceux qui ont fait partie du voyage, sachez que je suis preneur de vos observations surtout si elles contredisent les miennes.
Alain BOUSQUET
Publicités

Une réflexion sur “Je reviens du Japon…un exemple à suivre comme l’Islande suite à la crise…

  1. Pingback: Je reviens du Japon…un exemple à suivre comme l’Islande. « FNACAB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s