Coronavirus: Mondialisation, le terrible piège à cons » L’édito de Charles Sannat

Au moment où j’écris ces lignes, nous ne savons pas de quel côté penchera l’avenir.

démondialisation-1-300x258
L’épidémie de coronavirus est déjà un drame humanitaire en Chine, et je ne parle pas ici des 800 morts officiels de la maladie, mais de tous les décès qu’une telle situation implique. Combien de crises cardiaques n’ont pas été soignées ? Combien d’AVC sont devenus mortels ? Combien de septicémies n’ont pas pu être traitées ?

Oui cette épidémie pour les Chinois est déjà un drame humanitaire.

Ce que nous ne savons pas encore, c’est si les sacrifices de la population chinoise, car c’est bien de cela qu’il s’agit, seront suffisants pour que cette épidémie reste essentiellement une épidémie chinoise, ou si elle va devenir une pandémie mondiale et donc une catastrophe pour tous.

Pour le moment les marchés pensent…

MTR. MTR pour Maîtrisable, Temporaire, et Réversible… 

Je vous indique depuis le départ de cette crise qui est potentiellement un « cygne noir », qu’il faut évidemment surveiller le temps. Plus la Chine reste coupée longtemps du monde moins la crise sanitaire sera économiquement maîtrisable, temporaire et réversible.

Pour le moment, le robinet d’eau a été coupé, mais… il y a de l’eau qui coule encore car il y en avait dans le tuyau d’arrosage. Nous avons tous expérimenté la latence qu’il y a entre la fermeture du robinet et l’arrêt réel de l’eau qui coule.

Les systèmes logistiques sont identiques. Il y a encore des navires en mer qui vont décharger leurs cargaisons, mais de moins en moins partent.

D’ici quelques jours, il pourrait n’y avoir plus rien. Dans trois semaines, les magasins partout vont commencer à se vider, les pénuries à se matérialiser.

C’est alors que l’on découvrira que la mondialisation est peut-être un terrifiant piège à cons.

Le terrifiant c’est que nous ne produisons plus de paracétamol ou de masques (à part un dernier fabriquant en France qui a triplé ses effectifs et tourne 7 jours sur 7 désormais et 24 heures sur 24 tellement la demande est forte). Nous ne produisons plus beaucoup de chose puisque notre usine c’est l’Asie en général, la Chine en particulier.

Si tout vient de Chine, si la Chine a un problème, alors nous avons aussi un problème et la mondialisation risque de montrer en réalité, son absence de résilience. Si chaque pays produit ce qu’il lui faut avec quelques excédents, s’il arrive quelque chose à un pays, les autres peuvent l’aider. Si tout est produit en Chine, il n’y a plus d’alternative s’il arrive quelque chose à la Chine et nous pourrions découvrir que cette crise pourrait ne pas être maîtrisable, temporaire ni réversible.

Delamarche: “Aujourd’hui on est en récession mondiale et ça RISQUE d’être ASSEZ SAIGNANT !!” Ca sent la récession à plein nez: “Le Fret Aérien Mondial vient de subir sa Pire Année depuis 2009 !”

La mondialisation va en prendre un sacré coup dans la cafetière.

Tout n’est évidemment pas mauvais dans la mondialisation mais certaines choses doivent évidemment relever du stratégique et ne peuvent pas être délocalisées quel qu’en soit le prix. Il en va des industries de défenses, médicales, et alimentaires sans oublier dans une certaine mesure l’industrie financière. Après, que les poupées soient fabriquées ici ou ailleurs, cela peut se discuter, car l’on peut se passer de jouets, pas de médicaments.

J’ai donc consacré le vrai JT de l’éco de la semaine à ces considérations.

Les banques allemandes ont tellement d’argent cash que leurs chambres fortes deviennent trop petiteses.

Les taux d’intérêt négatifs poussent au final certains investisseurs à garder leur argent, outre-Rhin. Les coffres actuels des banques commencent à manquer de place.
L’Allemagne fait face à une curieuse situation : ses banques ont tellement d’argent cash que leurs chambres fortes deviennent trop petites. Elles ont bien du mal à savoir où stocker tout cet argent, rapporte Bloomberg. La raison : les taux d’intérêt négatifs de ces dernières années n’encouragent pas du tout les investisseurs à placer leur argent. Préférant donc garder leur cash, il faut trouver de la place pour le stocker, mais outre-Rhin, certains établissements bancaires commencent à manquer d’espace.
Les banques allemandes retenaient ainsi quelque 43,4 milliards d’euros de cash dans leurs coffres en décembre 2019. Un record jamais observé auparavant, selon les données publiées par la Bundesbank vendredi. Ces réserves ont ainsi presque triplé depuis la fin du mois de mai 2014, date à laquelle la Banque centrale européenne avait annoncé qu’elle prévoyait, un mois plus tard, de commencer à taxer les dépôts d’argent en cash dans les banques allemandes, rappelle Bloomberg. Une décision qui a depuis encouragé les banques à répercuter ces taux d’intérêt sur certains clients importants.

Les taux négatifs décidés par la BCE représentent désormais une menace pour les banques allemandes, car celles-ci s’appuient grandement sur les intérêts des prêts et engrangent de très (trop?) nombreux dépôts d’argent. Selon les confidences au site économique d’un directeur d’une banque d’épargne non loin de Berlin, « ces temps-ci, il vaut mieux garder ses fonds en cash plutôt que d’aller les stocker à la BCE et ce malgré le risque, les coûts d’assurance et les questions de logistique que cela implique ».

Mais les chambres fortes allemandes sont désormais trop étroites pour accommoder la quantité de cash que les banques souhaitent entreposer. À tel point que bon nombre d’entre elles ont visiblement demandé à certaines entreprises, expertes dans la vente de métaux comme l’or et l’argent, de stocker leurs dépôts dans leurs coffres. Certains membres de l’opposition, au sein de la classe politique allemande, affirment qu’ils ne seraient pas surpris si, au vu de la situation, les secteurs de la fabrication de coffres forts et de la sécurité connaissaient un joli boom dans les années à venir.

Les Allemands et leur amour pour l’argent physique

Et les gros investisseurs ne sont pas les seuls à vouloir déposer leur cash dans les banques. Comme le rappelle Bloomberg, les particuliers allemands épargnent plus que la plupart des autres citoyens de l’Union européenne, mais assez précautionneux, ils investissent rarement sur des produits financiers risqués. Résultat : une grande partie de l’épargne est composée de billets de banque dormant dans des coffres. Jusqu’en 2017, estime la Bundesbank, l’argent cash représentait plus de la moitié des transactions financières enregistrées en Allemagne.

« Macron est le chef de l’Etat profond » (M. Onfray) — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

J’aurais dit plutôt le jouet, ou le chef de rayon… mais passons. Beaucoup de bonnes choses sur le peuple français, les Gilets jaunes, les manipulations du pouvoir, les faux opposants, l’arnaque climatique, etc. Malheureusement le parler-vrai d’Onfray reste contenu dans certaines limites : lui aussi fait partie de l’opposition contrôlée… OD (Michel Onfray et les […]

via « Macron est le chef de l’Etat profond » (M. Onfray) — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Pourquoi Emmanuel Macron ne cédera pas — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Entièrement d’accord avec ce qui suit. Macron est un mercenaire, un aventurier qui est là pour accomplir une « mission » (il a lui-même employé le mot) ; il se fout totalement de ce qu’en pensent les Français. Manifester gentiment ne sert à rien. La seule façon d’arrêter son entreprise de pillage et de destruction, c’est de […]

via Pourquoi Emmanuel Macron ne cédera pas — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

La manipulatrice Léa Salamé prise en flagrant délit de manipulation.

Nouvelle polémique autour de Léa Salamé : lors de son émission Vous avez la parole, un invité, annoncé d’abord comme un simple citoyen, a finalement dû été présenté comme le mari d’une maire LREM, son identité ayant été révélée sur les réseaux. Voilà une nouvelle polémique dont Léa Salamé se serait sans doute bien passée. Après son interview jugée complaisante avec Carlos Ghosn, en fuite au Liban, c’est cette fois durant l’émission Vous avez la parole qu’elle co-anime avec Thomas Sotto sur France 2 qu’il y a eu comme un léger malaise. Alors que la thématique du soir était consacrée le 9 janvier à la réforme des retraites après une journée de mobilisation nationale très suivie, l’identité d’un invité, très critique à l’égard des grévis5e187a3687f3ec13de7ca834tes, et présenté par les animateurs comme un simple citoyen, a dû être révélée. Et ce, grâce aux réseaux sociaux. Ainsi, alors que l’émission était toujours en cours, les nombreux tweets des internautes ont contraint les présentateurs à dire la vérité à leurs téléspectateurs. Didier Désert, présenté comme un simple restaurateur, a très vite été identifié par les internautes comme étant en réalité le mari de Florence Berthout qui n’est autre que… la maire La République en marche du Ve arrondissement de Paris.  Devant l’ampleur du buzz, Léa Salamé a donc été forcée de dévoiler l’identité complète de son invité. «Ça agite beaucoup les réseaux sociaux», ajoute Thomas Sotto. Faisant mine de ne pas se démonter, Didier Désert répond : «J’espère que les réseaux sociaux pourront admettre qu’à notre époque, un mari et une femme puissent ne pas forcément partager les mêmes convictions.» Pas de chance pour lui, le compte Twitter Balance ton média a apporté une précision de taille : Didier Désert n’est pas seulement l’époux de Florence Berthout. Il a aussi été son remplaçant en tant que délégué de droit du conseil municipal pour les sénatoriales en 2017.  Avant Désert, Ghosn Avec cette nouvelle tempête médiatique, l’image de Léa Salamé est donc à nouveau mise à mal, quelques jours après son interview à Beyrouth avec le milliardaire Carlos Ghosn, qui s’est récemment évadé du Japon où il était assigné à résidence. Une évasion qualifiée de «fascinante» par la journaliste dont l’entretien avec l’homme d’affaires a été jugée très complaisante par les observateurs et un certain nombre de journalistes. «Trop cool Catherine et Léa !! On peut faire ça avec d’autres taulards en cavale ou il faut absolument qu’ils soient milliardaires ?» a par exemple tweeté le chroniqueur humoriste Guillaume Meurice.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/70104-simple-citoyen-epoux-maire-lrem-salame-obligee-reveler-identite-invite

La vaste redistribution des richesses du bas vers le haut de la société ou le pillage de l’humanité par une oligarchie financière mondiale — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

« La vaste redistribution des richesses du bas vers le haut de la société est le résultat d’un processus de plusieurs décennies, qui s’est accéléré après le krach de Wall Street en 2008. Au lieu de revenir en arrière et de stopper toutes les politiques qui avaient mené à la catastrophe, les élites ont choisi de […]

via La vaste redistribution des richesses du bas vers le haut de la société ou le pillage de l’humanité par une oligarchie financière mondiale — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

%d blogueurs aiment cette page :