Quelques conseils aux gilets jaunes par un spécialiste.

Jeudi 25 avril 2019, Macron doit présenter ses conclusions et propositions pour tenter de sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve. Je suppose que vous n’attendez rien de bon. Aussi, il faudra poursuivre l’action mais sous quelle forme? Voici les méthodes conseillées par un spécialiste de l’insurrection pacifique qui ont fait leur preuve…

Je suis tombé sur un ouvrage de 135 pages pas très connu, écrit par Gene Sharp. Il traite d’un sujet d’actualité. à savoir des techniques à employer pour mettre à bas des systèmes politiques d’oppression. L’ouvrage s’intitule « de la dictature à la démocratie ».

Il cite une série de réussites anciennes et contemporaines.

001

Comme il ne se passe pas une semaine sans que j’entende nombre de mes interlocuteurs se plaindre de la passivité de leur compatriote sans d’ailleurs remettre en cause la leur; j’ai lu avec attention ce petit livre extrêmement réaliste et extrêmement intéressant dans lequel Gene Sharpe explique comment faire pour que le faible, lorsque sa cause est juste et sous certaines conditions, soit vainqueur du fort et surtout établisse des conditions de vie équilibrée et durable.

Comment? en faisant appel à l’intelligence, au réalisme et à la préparation d’une stratégie. Il s’agit de stratégie véritablement pensée pour gagner et non pour seulement résister. Pour cela il faut:

–être réaliste:

Un système étatique a pour lui un pouvoir suffisant pour tuer dans l’œuf toute révolte. C’est pourquoi, en plaçant sa confiance dans des actions violentes ont choisi le type même de lutte dans lequel les oppresseurs ont toujours la supériorité.

Même dans un pays où la manifestation est autorisée, il faut proscrire les

002

manifestations violentes. Vous finissez en prison ou avec des condamnations financières lourdes et seuls les excités sont enclins à vous rejoindre. Mais la violence écarte les gens raisonnables qui partagent vos idées. Ils ont peur de l’aventure sans lendemain.

–être rassurant et déterminé.

–proposé des actions réalisables par tous.

–avoir des buts unificateurs donc au maximum déconnectés de la politique politicienne.

 

Publicités

Ecoutez et dites nous ce que vous en pensez.

Est il normal que l’on devienne français et qu’on conserve sa nationalité d’origine? Que de surcroit on soit élu à des postes politiques alors qu’on est fraichement nationalisé. Si vous n’êtes pas né aux USA, vous ne pouvez être élu à la Présidence. Normal que Vals qui a perdu toute valeur en france aille se présenter en Espagne?

Elle est née à Tunis en 1982, aînée d’une fratrie de cinq filles, d’un père ouvrier chez Peugeot à Tunis et d’une mère au foyer.

Elle a suivi des études de commerce en Tunisie, qu’elle a poursuivies, en France, par une double maîtrise en commerce international et en management et contrôle stratégique et par un doctorat à Toulon. Elle obtient de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur une bourse pour mener à bien une thèse en sciences économiques sur la Contribution à l’amélioration de l’apprentissage organisationnel dans les pôles de compétitivité : Le cas du Pôle Mer PACA1. Elle détient par ailleurs un master spécialisé en management de l’EDHEC Business School2.

Elle devient ensuite enseignante en management, comptabilité et stratégie d’entreprise à l’université Panthéon-Assas de 2010 à 2012[réf. nécessaire].

Elle demande la nationalité française, et l’obtient en 2012, tout en conservant sa nationalité d’origine.

De 2013 à son élection comme députée, elle est consultante senior en performance industrielle chez Efeso Consulting, spécialisée notamment dans l’industrie du nucléaire2.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elle s’intéresse au mouvement En marche lorsque celui-ci émerge. Travaillant principalement dans le Nord Cotentin, elle rejoint le comité local à la fin de l’année 2016 et s’y engage activement.

Alors que La République en marche choisit d’investir Blaise Mistler, issu des comités de soutien d’Alain Juppé pour les élections législatives, Sonia Krimi se présente en tant que candidate dissidente dans l’ancienne circonscription de Bernard Cazeneuveavec le soutien de nombreux militants macronistes3.

À l’issue du premier tour, Sonia Krimi obtient 16,89 % des suffrages exprimés et se place en deuxième position derrière Blaise Mistler (23,76 %).

Le 18 juin 2017, elle est élue députée de la 4e circonscription de la Manche, en obtenant 60,93 % des voix4,5.

À la suite de son élection, Sonia Krimi a intégré la Commission des affaires étrangères. Dans ce cadre, elle est nommée co-rapporteuse, avec Valérie Boyer, de la Mission d’information sur la lutte contre le financement du terrorisme.

Soucieuse des questions de défense et de dissuasion nucléaire, elle devient membre titulaire de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN. Au sein de cette assemblée, elle fait partie du groupe spécial Méditerranée et Moyen-Orient, du comité politique et du comité défense et sécurité.

Elle est également membre de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les femmes et les hommes et de la commission d’enquête sur la sécurité et la sûreté des installations nucléaires.

En décembre 2017, sur les bancs de l’Assemblée nationale, au cours des questions au gouvernement, elle pose une question considérée par certains observateurs comme « incisive » à Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, concernant l’équilibre politique de son projet de loi sur le droit d’asile et l’immigration maîtrisée et rappelant le discours d’Emmanuel Macron à Orléans demandant « plus d’humanité et de dignité » sur l’accueil des étrangers6,7. Dans sa réponse, Gérard Collomb souligne son « très beau parcours », précisant notamment : « j’aimerais que beaucoup de jeunes, demain, aient le même »3. Elle s’abstient lors du vote en première lecture sur l’ensemble du projet de loi pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie, le 22 avril 20188.

En juillet 2018, elle prend position pour l’accueil de l’Aquarius et milite pour l’accueil des 629 passagers secourus par l’ONG SOS Méditerranée[réf. nécessaire].

En septembre 2018, après la nomination de François de Rugy au gouvernement, elle soutient la candidature de Barbara Pompili à la présidence de l’Assemblée nationale9. Peu après, elle prend les rênes du « pôle social », un groupe informel d’une trentaine de députés LREM initialement constitué autour de Brigitte Bourguignon, qui apparaît comme l’aile gauche du groupe LREM10.

Tentée de rejoindre le nouveau groupe Libertés et territoires, elle y renonce, jugeant qu’il penche trop à droite11.

Eric Verhaeghe : «La presse s’autocensure régulièrement pour complaire au pouvoir»

Eric Verhaeghe, essayiste et président de Tripalio, revient pour RT France sur les aides publiques accordées à la presse. Il déplore entre autres un système qui permet à l’Etat d’exercer une influence politique sur certains groupes.

En 2017, selon le ministère de la Culture, le montant globale des subventions versées aux journaux de la presse écrite s’est élevé à plus de 84 millions d’euros. Si ce modèle de subvention a pour but affiché de soutenir la liberté de la presse, ses détracteurs déplorent que les plus gros montants des aides soient attribués aux grands groupes. Aujourd’hui en FranceLibération et Le Figaro, cumulent en effet à eux seuls près de 20 millions d’euros d’aides.

Invité ce 14 avril sur le plateau de RT France, Eric Verhaeghe, essayiste et président de Tripalio, estime que, «dès lors qu’on fait une aide proportionnelle à la diffusion» par voie postale, on encourage «forcément les grands journaux». «Ce sont ceux qui ont les plus forts tirages et la plus forte distribution qui vont drainer les aides les plus importantes», poursuit-il. Eric Verhaeghe rappelle qu’il existe des journaux plus modestes qui, par rapport au nombre d’exemplaires édités, engrangent également d’importantes aides.

La liberté de la presse est extrêmement encadrée par l’Etat et les pouvoirs publics

Interrogé sur l’éventualité que l’Etat se serve de ces aides pour exercer une certaine influence, l’homme répond par l’affirmative : «L’Etat se comporte…. La suite ici

Aéroports de Paris – Ardian, le nouveau scandale impliquant Macron et sa fine équipe de conseillers — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Privatisation d’ADP : les révélations chocs du Canard enchaîné « Dans le cycle médiatique hebdomadaire, le mercredi est toujours particulier car c’est le jour de la sortie du Canard Enchaîné. On peut trouver les titres amusants mais l’hilarité tourne bien souvent au rire jaune lorsque l’on découvre la gravité de certaines révélations. Certaines semaines, on peut même […]

via Aéroports de Paris – Ardian, le nouveau scandale impliquant Macron et sa fine équipe de conseillers — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Aéroports de Paris – Ardian, le nouveau scandale impliquant Macron et sa fine équipe de conseillers — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Privatisation d’ADP : les révélations chocs du Canard enchaîné « Dans le cycle médiatique hebdomadaire, le mercredi est toujours particulier car c’est le jour de la sortie du Canard Enchaîné. On peut trouver les titres amusants mais l’hilarité tourne bien souvent au rire jaune lorsque l’on découvre la gravité de certaines révélations. Certaines semaines, on peut même […]

via Aéroports de Paris – Ardian, le nouveau scandale impliquant Macron et sa fine équipe de conseillers — Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Vu du Royaume-Uni.Macron réunit les Français, mais contre lui.

Si le “dramatique” Brexit apparaît comme “embarrassant”, ce pourrait être pire, ironise The Spectator, ce pourrait être la France ! Pour l’hebdomadaire britannique, le président français essuie les échecs depuis deux ans et cristallise les oppositions.

Il y a deux ans pourtant, “Macron était considéré comme le plus grand espoir centriste, non seulement de France mais d’Europe. […] Il avait promis de sortir le pays d’une sclérose politique, économique et sociale, de repousser la menace du populisme, de supprimer 500 000 postes dans la fonction publique et de redonner à la France sa grandeur. […] Il s’est rapidement aperçu que, loin d’être une tâche aisée, réformer un État gangrené par le clientélisme et le protectionnisme est une chose difficile, si ce n’est impossible, à accomplir.”

L’hebdomadaire conservateur cite plusieurs exemples de “l’échec spectaculaire” de Macron : des tentatives écologiques qui n’ont pas abouti, l’annonce de la hausse de la taxe sur le carburant à l’origine du mouvement des “gilets jaunes”, un grand débat présenté comme un “grand moment de démocratie” mais qui n’est, finalement, “qu’un monologue”…

Et à présent il y a son dernier projet, celui de relancer une ambitieuse ‘renaissance de l’UE’, un concept extrêmement vague qui n’a trouvé aucun écho chez les Français, lesquels n’ont pas la moindre idée de ce à quoi il fait allusion et dont le propre euroscepticisme est foulé aux pieds.”

Pour les européennes, souligne The Spectator, la France va inévitablement élire un nombre important d’eurosceptiques au Parlement européen. Face à l’extrême droite, la base de Macron paraît (La suite ICI)

Source

Ce gouvernement multiplie les magouilles pour tromper les français.

Ce gouvernement habitué des comptes anonymes sur Twitter…Marlène Schiappa n’a pas aimé lorsqu’un journaliste un peu insistant lui a posé des questions sur un supposé compte Twitter de “fans”…

Selon Mediapart, une communauté de soutien à LREM instrumentalise les réseaux sociaux

Source: La Lettre Patriote

 

%d blogueurs aiment cette page :